14/05/2010

Morilles suite...

Samedi 08 mai 2010. V.N. Nuageux, frais, moins mauvais qu'annoncé!

P1040398

 

La végétation se développe enfin grâce aux pluies des derniers jours. Les papillons sont de sortie, ci-dessus un piéride de réséda femelle (normalement!). Pour suivre, l'Aurore ou piéride du cresson.

P1040401

 

Bon c'est vrai que normalement c'est de champignons que nous parlons mais comment résister à tant de beauté!

P1040402

 

Après avoir quitté les piérides, (non Francis pas les pieds ridés), la recherche de nos héroïnes printanières nous occupe entièrement. Il ne faut pas bien longtemps pour que nous en  apercevions chacun une, en même temps, mais deux différentes. Il s'agit d'un petit groupe de plusieurs pièces de belle taille. Regardez ci-dessus le chapeau qui semble s'être scindé en deux pour éviter la petite branche, assez curieusement les alvéoles sont présentes sur les deux faces internes. Il est temps de les ramasser, les premiers signes de vieillesse sont déjà visibles. Une morille de compétition se cache dans les déchets de feuilles sous une branche morte.

P1040408

Malheureusement une partie du chapeau doit rester sur place, malgré cette amputation le poids est encore fort appréciable!

P1040413

 

Sur le chemin du retour nous croisons un faucon pèlerin qui niche au milieu d'une falaise, départ pour la chasse:

P1040411

 

La récolte du jour pour terminer, avant de passer au sèchoir.

P1040414

 

Trop heureux de trouver des morilles, nous oublions de dire qu'il y avait aussi un peu de Tricholome de la St Georges (Calocybe gambosa). Voilà pour ce samedi bien agréable, dimanche malheureusement pas de bois.

Jeudi 13 mai 2010. V.N. gris de gris et très frais, 10°.

Nous profitons de cette jounrnée de congé pour visiter quatre stations différentes. La première nous offre des mousserons tout beaux tout frais, mais pas de morilles. En route vers la N°1, là à trente mètres, la couleur me traverse l'oeil, jumelles...

P1040415

Une seule mais une quand même! Un petit gris est occupé à déguster, vengeance...(à suivre)! Plus bas sur la carcasse d'un merisier, le polypore souffré est revenu.

P1040418


P1040421

Les autres stations ne donnerons plus rien, sauf le plaisir de parcourir cette superbe nature. Nous repassons par la falaise du faucon et là, pur bonheur, le jeune (nous le pensons!) est visible sur  l'aire où le nid est aménagé.

P1040427

La photo n'est peut-être pas très bonne, mais nous sommes au moins à cent mètres, le télé est à fond, sans pied pour tenir l'appareil!

C'est ici que vous allez comprendre la vengeance sur les petits gris! La récolte:

P1040431

Les mousserons viennent à point pour un vol-au-vent maison. La morille, toute seule, ce serait un peu bête de la mettre au sèchoir. Il y a déjà un petit temps que l'idée hantait mes projets culinaires, l'ingrédient principal était déjà acheté, donc voici notre plat de vengeance:

P1040434

 

Oui, oui petits gris et morille, un peu d'ail et de l'échalote (merci Fabienne!), du persil plat, etc...(bientôt la recette). Pour quoi faire?

P1040436

 

Des "Croquettes de Petits Gris de Warnant à la morille" NA!

Bonne soirée, bon week-end et à....

19:18 Écrit par Michel et V dans Morilles, morillons | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook | |  Imprimer

08/05/2010

MORILLES !

Enfin!

Bonjour,

Ce jeudi 06 mai nous continuons nos recherches, en route vers notre super station***. Au premier coup d'oeil, sur les dessus, c'est sec et rien à voir. Un peu plus bas sur le versant, mieux abrité du nord, adrénaline, une, deux, trois,... huit à dix morilles!

P1040372

 

Cherchez bien, vous pouvez en trouver huit sur cette photo!

P1040374

 


P1040378

 

Nous apercevons également un polypore souffré qui pousse aussi grâce la pluie enfin revenue.

En cherchant convenablement, nous parvenons à récolter 18 morilles et ça fait vraiment plaisir, pas vrai Guit!

P1040379


P1040381

 

Et comme d'habitude, ça se termine par un grand banquet dans la cuisine, tiens ça rappelle quelque chose...

Bon week-end à tous et à...

07:47 Écrit par Michel et V dans Morilles, morillons | Lien permanent | Commentaires (16) |  Facebook | |  Imprimer

10/04/2010

Morille 2010 première!

P1040183

Pour les sceptiques, non Francis ce n'est pas de toi qu'on parle...

P1040198

Bon, c'est vrai, il y en a qu'une, mais nous sommes bien le 10 avril! 

P1040199

L'honneur de Sporesxtrème est sauf, ce fût incertain jusqu'à la dernière minute mais nous l'avons trouvée!

Bonne nuit à tous et à...

22:29 Écrit par Michel et V dans Morilles, morillons | Lien permanent | Commentaires (15) |  Facebook | |  Imprimer

14/04/2009

Morillons suite...

Samedi 11 avril 2009. V.S.12° le matin, gris et pluvieux. Après-midi, le soleil revient et la température grimpe à 20°.

Premièrement, pour le petit jeu du dernier article, voici une photo nettement plus détaillée pour trouver les deux morillons.

Recherche de morillons.02

Un peu plus facile, non? Pourtant sur le terrain, nos yeux ne possèdent pas de zoom et nous vous assurons que les morillons c'est pas de la tarte!

Voici à présent ces mêmes morillons que nous avions laissé la semaine dernière.

 Morillons une semaine.09.0411.02RB

Maintenant au niveau du sol!

Morillon une semaine.09.0411.01RB

Voilà ce que ça donne, sept jours de croissance, en sachant que la semaine a été régulièrement arrosée. Jolie petite récolte que vous verrez plus tard. Continuons pour ce samedi, pas encore de trace de mousserons, par contre, l'orchis mâle commence à fleurir.

Orchis mâle09.0411.01RB

Rencontre comique avec la "Plante escargot", certain oiseaux cassent les coquilles de ces gastéropodes en les tapant sur des cailloux pour pouvoir les manger. Une petite futée s'est emparée de ce casque improvisé pour se protéger!

Plante escargot09.0411.01RB

Au rayon des curiosités, les morillons jumeaux.

Morillons jumeaux09.0411.01RB

Fin du premier épisode de ce long week-end. A ...

21:27 Écrit par Michel et V dans Morilles, morillons | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook | |  Imprimer

09/04/2009

Morillons primeurs!

Du 30 mars au 03 avril le printemps s'est installé avec des températures de plus en plus élevées au fil des jours pour culminer vendredi autour des 21°.

Samedi 04 avril. V.NO gris, brumeux et ensuite des éclaircies +/- 16°.

Les jonquilles ne finissent pas de fleurir, nous décidons de nous rendre dans un de nos bosquets printaniers. En cette fin d'après-midi la lumière est très belle et c'est un enchantement de parcourir cette nature renaissante. La bonne surprise nous attend au mètre² juste, les premiers morillons sortent de terre avec toute leur discrétion habituelle. C'est l'occasion de vous proposer à nouveau le petit jeu du "cherche et trouve", voici donc la première photo:

Recherche de morillons.01

Pas évident, il faut bien regarder!

Morillon.09.0404.01RB

Plus facile en macro!

Morillon.09.0404.02RB

Toujours aussi agréable ces arrivées... Dans l'article suivant, nous présenterons la solution de la première photo. Voici maintenant deux vues d'une bonne place à morilles, comme précision supplémentaire que nous avions omise, mais que Denise nous a rappelé, le calcaire est essentiel pour morchella esculenta!

Place à morilles.01

Ne cherchez pas, elles ne sont pas encore là!

Place à morilles.02

C'est tout pour samedi, la suite à demain (normalement...). Bonne soirée à tous.

 

20:16 Écrit par Michel et V dans Morilles, morillons | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook | |  Imprimer

03/03/2009

Morille suite

Bonjour à tous,

Désolé pour cette longue période silencieuse, cet hivers nous a réservé bien des désagréments, mais le moral est bon!

Voici deux autres photos qui illustrent bien le style de terrain qu'affectionnent les morilles.

 

MORILLE2008.07

Voici une bonne place, en cherchant un petit peu, vous pourrez y trouver une belle blonde!

P1020643

Le pied d'un frêne entouré de jeunes congénères avec un peu de lierre... peut-être...

Dans le dernier article, nous vous parlions des cartes géographiques. Non seulement elles permettent de repérer des zones de prospection, mais également de vous guider vers des lieux prioritaires en certaines circonstances. Dès votre première trouvaille, pointez sur votre carte les autres endroits que vous aviez repéré, orientés de la même manière et réunissant les mêmes similitudes. Il ne vous reste plus qu'a courir explorer ces stations avec l'espoir que...

Les poussées sur des places de conditions différentes peuvent varier de deux à trois semaines sur quelques Km² seulement!

Notez scrupuleusement toutes vos sorties dans votre carnet, la météo du jour et les différents évènements s'y rapportant. Dessinez des plans de vos places, numérotez-les, c'est plus facile pour s'y retrouver.

Notez-y également votre plat du jour ou votre préparation de la récolte, bref, tout les ingrédients liés à ces sorties. Vous verrez, avec le recul, quel plaisir de revivre ces instants magiques.

Petits conseils supplémentaires, lorsque l'ivresse de votre première découverte se sera estompée, visitez soigneusement les environs, la morille est rarement seule, même si rarement ne veut pas dire jamais! 

Enfin, dernier élément, soyez discret! Jouez au gendarme et au voleur, ne débarquez pas avec la voiture aux pieds des frênes, une approche silencieuse et réfléchie est primordiale pour conserver l'exclusivité d'une place. Oubliez le grand panier à cèpes bien trop visible, il est préférable d'utiliser un plus petit, style panier de pêcheur à la mouche, facile à dissimuler aux regards inquisiteurs d'autres amateurs!

Bon si après ça, vous ne trouvez pas de morilles, changez de régions... ou de passion!

Bonne soirée, bonne semaine et à ...

 

19:31 Écrit par Michel et V dans Morilles, morillons | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook | |  Imprimer

02/02/2009

Morille! Difficile à trouver?

Février 2009. Neige ce matin, V.E-SE, 0 à 3°.

Début d'année dans le froid et la neige. Bien des ouvrages y voient un bon présage pour la croissance de cet ascomycète qui embellit le printemps des amateurs.

Pour vous aider dans vos futures prospections, nous essayerons de vous faire bénéficier de notre expérience et de notre documentation. Nous parlons ici des caractéristiques pour Morchella esculenta.

1904080004

Pour commencer, quelques conseils:

  • L'achat d'un carnet de notes où vous inscrirez toutes les informations utiles.
  • Des cartes géographiques détaillées de votre région, de préférence au 1/10000 ième.
  • Un guide sur la flore.
  • Une paire de jumelles.

Il faut se dire que les places à morilles sont typiques et que normalement on ne les fréquente qu'au printemps. Rien ne sert de visiter vos stations à girolles ou à cèpes, ce n'est pas la place des morilles.

Par contre c'est souvent dans les endroits à morilles que vous trouverez la pezize veinée, le morillon et le mousseron de la St Georges.

La morille adore le sucre, il faut donc trouver des producteurs qui lui fournissent cet aliment. Le plus réputé est sans conteste le frêne, joignez-y le lierre et vous obtiendrez deux facteurs indispensables aux bonnes conditions de croissance. A présent, le terrain! Placez vos frênes entourés de lierre sur un versant encaissé avec une terre assez grasse et fréquentée par des taupes, des mulots et autres petits rongeurs, le tout à l'abris des vents d'est et nord. Ces petits animaux occasionnent des blessures aux racines et radicelles des végétaux, favorisant ainsi la dispersion de la sève dans le sol. Vous pouvez encore rajouter des anémones sylvie, des ficaires, des jacynthes, des primevères, l'orchis mâle (en terrain calcaire), une poignée d'orties.

Anémone sylvie08.01

Anémone Sylvie - Anemone nemorosa

2704080002

La floraison de la jacynthe des bois correspond au point culminant de la poussée des morilles.

En général l'ordre d'apparition des espèces printanières est le suivant:

Pezize, morillon, mousseron, morille, ce n'est pas une règle absolue!

Voilà pour les premiers repères, mais évidemment notre amie peut pousser et pousse très bien dans d'autres conditions, nous parlons ici de nos découvertes! Le pommier est un autre vecteur favorable grâce au sucre contenu dans ses fruits, la morille agissant alors en parfait saprophytes. Nous avions un ancien verger abandoné où fructifiaient des morilles, mousserons et pezizes, malheureusement, pour quelques quotas de plus, un fermier en a fait un champs.

La taille des frênes n'a pas d'importance apparente pour une colonisation ou non, mais notre station principale est dominée par un vétéran du genre. Jamais de certitudes absolues!

En pratique, trouvez quelques places réunissant le maximum d'éléments favorables, notez scrupuleusement dans votre joli carnet tout neuf les emplacements et dès la fin mars ou mi-mars selon votre latitude, arpentez méthodiquement ces lieux. La morille ce n'est pas une amanite tue-mouche au milieu d'une sapinière, il faut y croire pour la voir. Mettre un genoux à terre , s'appuyer à l'arrêt sur son bâton et mètre par mètre parcourir des yeux le terrain. C'est également le moment de sortir les jumelles, c'est qu'elle a des capacités de camouflage assez incroyable cette espèce de petite éponge. Lors des recherches, c'est un détail à retenir et à visualiser mentalement avec sa couleur ocre, le cerveau sera plus apte a capter cette image dans l'environnement.

MORILLE2008.04

L'art du camouflage!

Fin de ce premier épisode, bienvenue aux questions, nous essayerons d'y répondre. Bonne nuit ou bonne journée à toutes et tous!

22:15 Écrit par Michel et V dans Morilles, morillons | Lien permanent | Commentaires (676) |  Facebook | |  Imprimer